RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

De coutume en culture

Pendant longtemps dans les pays chrétiens d'Europe, l'Église refuse d'inscrire au calendrier les fêtes d'origine païenne. Les pouvoirs politiques eux trouvent dans ces fêtes un certain intérêt. C'est ainsi qu'ils cherchent à promouvoir la fête des Mères pour des questions de natalité. Dans son sens le plus profond, cette fête célèbre la maternité, honore les mères, leur travail et leur dévouement. Bref, pour la plupart, cette journée consacrée aux mères a pour but de leur témoigner reconnaissance et amour.

Dans la plupart des pays comme le Canada, les États-Unis, le Danemark, la Finlande, l'Italie, la Turquie, l'Australie, la Belgique où la fête des Mères est célébrée le 2e dimanche de mai, elle donne lieu à des représentations théâtrales ou musicales réalisées par les enfants. Il s'agit de saynètes dramatiques ou lyriques glorifiant la maternité. Souvent prise en charge par les écoles, la fête des Mères est ainsi célébrée le vendredi précédant la fête officielle. Pour l'occasion, les enfants apprennent des poèmes ou des chansons qu'ils offrent en spectacle, d'autres se cotisent pour acheter un cadeau, d'autres encore ont la possibilité de confectionner une carte ou de fabriquer de façon artisanale un petit objet à offrir. Le même scénario se répète à l'école en juin pour souligner la fête des Pères.

Une autre coutume pratiquée en Occident veut que les enfants portent un oeillet rose à la boutonnière le jour de la fête des Mères, blanc si la mère est décédée. Au Canada, c'est quelques fois une rose rouge ou blanche faite en papier ou en tissu qui est le symbole de circonstance.

Observée depuis peu, cette fête n'a guère eu le temps de s'imprégner d'une couleur locale. Un exemple de pratique témoigne cependant de ce potentiel. En Autriche, on a relevé que le jour de la fête des Mères, plusieurs se rendent en pèlerinage dans les cimetières pour fleurir les tombes des mères disparues.

L'on peut dire aujourd'hui que la fête, comme bien d'autres, est récupérée par la commercialisation. Même Anna Jarvis déplorait cet aspect. Pour plusieurs, le retour annuel de la fête des Mères tourne la plupart du temps en cauchemar. Quoi offrir encore cette année : un ustensile de cuisine, des fleurs, une boîte de chocolat, un parfum, un bijou ou un balai magique? Certains optent pour une visite spéciale ou une invitation au restaurant cette journée là. Il n'est pas facile de trouver quelque chose qui ne soit pas un acte de consommation, mais plutôt un simple geste du c?ur qui fait plaisir à cette occasion.

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec