RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

Clin d’œil sur nos traditions

Traditionnellement à la campagne québécoise, c'est après avoir fait le grand ménage du printemps qu'on déménage dans la cuisine d'été appelée aussi le bas-côté ou le fournil. Généralement séparée de la maison ou contiguë à celle-ci, la cuisine d'été est un bâtiment simple, sans fondation ni fenêtres doubles formée d'une seule pièce et munie d'un poêle ou d'une cheminée. Ce bâtiment sert à de multiples usages, notamment de chambre froide ou d'entrepôt en hiver. Au début de la saison estivale, tous les membres de la famille s'y transportent pour y vivre pendant le jour et ils ne regagnent la maison que pour se coucher le soir. On limite ainsi les va-et-vient dans la maisonnée et tous les travaux ménagers de la saison d'été de même que les repas se font dans le fournil. Ce déménagement saisonnier semble être bien vu à chaque retour de la saison chaude. Après un long hiver, la cuisine d'été offre un nouveau décor qui réfère aussi à des activités nouvelles. Selon une jolie expression, on dit qu'il est temps de faire «retirance d'été». L'avantage de ce déménagement saisonnier est entre autres de soulager des travaux domestiques d'entretien et de propreté et de permettre à la maîtresse de maison de participer aux travaux agricoles, car la saison estivale est une saison dure et occupée pour les cultivateurs dont la vie est orientée vers l'extérieur pendant cette période.

C'est généralement la maîtresse de maison qui choisit le moment du déménagement au fournil. Celui-ci coïncide avec le début des semences et des jours plus chauds. Le rituel saisonnier débute il va sans dire par un ménage de fond en comble et on débarrasse les lieux des objets entreposés pendant l'hiver. Ensuite, on s'emploie à vivre au rythme de l'été, le plus simplement possible jusqu'à la fin des récoltes. À la fin septembre ou au début octobre on déménage à nouveau à la maison: le fournil reprend alors sa fonction de remise ou de chambre froide pour le temps des boucheries de l'automne. S'installer dans la cuisine d'été n'est plus guère usité de nos jours en campagne mais que dire de nos aménagements modernes dans les verrières et des prolongements de nos salles à manger sur les patios des maisons ?

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec