RDAQ, Le Réseau de diffusion des archives du Québec.
 

À propos de...

Le mot printemps vient du latin primus tempus, soit «premier temps». La première des quatre saisons est toujours la bienvenue chez les plus frileux d'entre nous puisque le climat s'adoucit avec son arrivée. Saison de transition entre le froid et la chaleur, le printemps est une période où les gens sortent après avoir «hiverné» pendant quatre ou cinq mois. C'est généralement autour du 21 mars que se produit l'équinoxe et que les premiers signes du printemps apparaissent. Après la tempête de la Saint-Patrick et celle des corneilles, la neige fond sous le soleil du mois d'avril et la glace qui fige l'eau du fleuve et des rivières depuis des mois se disloque. Le retour des oiseaux migrateurs se fait remarquer. Malgré les apparences de vie nouvelle et de chaleur, la température est souvent plus froide autour du 21 mars qu'à l'arrivée de l'automne à la fin septembre. Sans qu'il ne fasse encore très chaud, la vie à l'extérieur reprend tout de même assez rapidement. Ça sent le printemps au Québec ! Cette période de renaissance végétale permet en effet aux grains semés de prendre vie et de percer la terre, aux bourgeons de décorer les arbres et aux animaux de sortir de l'étable pour gagner le pré. Comme le mentionne Roch Carrier dans son roman La Dame qui avait des chaînes aux chevilles, au printemps, «le cœur de la vie recommence à battre» (Carrier, 1981 : 14).

Le renouveau printanier s'accompagne aussi de phénomènes naturels moins appréciés. Au retour du beau temps, de grandes inondations atteignent chaque année les maisons d'un bon nombre de riverains, d'insulaires et d'habitants des basses terres. C'est souvent la débâcle, c'est-à-dire la rupture de la nappe de glace qui survient habituellement vers la mi-avril, qui provoque une montée des eaux et qui entraîne les inondations. Le pont de glace formé entre deux rives comme celles de Québec et de Lévis par exemple s'effondre alors et marque la fin de l'hiver. Puis viennent les grandes marées avec leur effet climatique dévastateur sur la crue des eaux, les vents et les orages.

Dans le monde rural, les activités agricoles abondent au printemps. Il faut s'occuper entre autres de la fertilisation du sol, du labourage, des semailles et du potager. Puis il faut procéder au grand ménage, en ville comme à la campagne. Rafraîchir l'apparence du terrain ne suffit pas, on doit également ouvrir grand les fenêtres et laisser entrer le bon air du printemps.

© Le Réseau de diffusion des archives du Québec